septembre 2011 Archive

« On est vraiment fait pour s’aimer? » - Mercredi, septembre 28th, 2011

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUS1334.com
Blogue sur le marketing jeunesse : marketingjeunesse.com

Services financiers : « On est vraiment fait pour s’aimer? »

Les jeunes consommateurs ont toujours représenté un défi pour les fournisseurs de services financiers. Ils ont toujours eu de la difficulté à les comprendre, à les intéresser et à les retenir… De leur côté, les jeunes ont les mêmes problèmes. Ils ne comprennent pas les services financiers qui leur sont offerts et surtout; n’y voient souvent rien à gagner.

Voilà, ils sont devant un problème commun. Aucun n’est en mesure d’offrir à l’autre des bénéfices à court terme. Les jeunes seront, à long terme, le cœur de la clientèle et des revenus des fournisseurs de services financiers et y auront un intérêt énorme lorsque les questions d’hypothèques, d’assurances, de marge de crédit, de placements et de retraite feront surface, mais pour l’instant ils se regardent avec l’air un peu médusé.

L’industrie des services financiers ne peut pas rester immobile devant cette impasse. Au long terme, il sera beaucoup plus dispendieux d’essayer de convertir un client établi chez le compétiteur que de faire graduer un client vers des services.

Comment faire?

Comprendre les jeunes

Premièrement, il faut tout de suite réaliser et accepter que, pour rejoindre et engager un jeune de 13 à 24 ans à sa cause, il faut du temps, de l’implication de la part de l’organisation et un budget pouvant soutenir le développement et le maintien de cet engagement. Ils doivent sentir qu’ils sont au cœur de la stratégie marketing de l’entreprise. Le moment où ils se perçoivent comme une cible secondaire; c’est terminé, ils ont décrochés.

Pensez court terme

Utiliser les arguments qui les touchent maintenant et dans les termes qu’ils connaissent. La valeur d’un taux d’intérêts est un concept abstrait, parlez plutôt en mensualité. Par exemple, « La voiture que j’ai besoin pour 200$ par mois » est beaucoup plus facile à assimiler qu’un taux à 3,9%. Pour les REER, parlez du retour d’impôts immédiat. Ne parlez pas d’épargne pour la retraite mais d’épargne pour les vacances, les voyages et les Iphone! Il sera alors plus facile de leur faire adopter des comportements qui pourront générer des revenus aux fournisseurs de services financiers plus tard. Bref restez dans le concret, le pragmatique et surtout, dans le court terme.

La personnalisation de masse et la micro-segmentation

Dans le monde de l’instantané dans lequel ils vivent, les jeunes sont rois. Ils doivent tous exister au même titre que les autres et doivent sentir continuellement qu’on leur parle à eux. Pour générer des résultats avec cette cible, nous parlons maintenant de personnalisation de masse. Quel beau concept pour cette génération qui carbure aux contradictions. En pratique, c’est d’offrir un produit universel exécuté de façon individuelle. Dans les services financiers, ce concept est d’autant plus porteur car la réalité d’un 13 à 15 ans sans emploi est bien différente d’un 16 à 18 ans qui désire s’acheter sa première voiture et ainsi de suite. Il faut alors micro-segmenter le marché en regroupant les jeunes selon leurs besoins, leur capacité financière, leurs intérêts et même leur sexe. Pourquoi, par exemple, ne pas offrir aux jeunes garçons une carte de guichet qui leur est unique, qui leur ressemble?

Pour déterminer qui appartient à quel groupe et quels produits leur offrir, il est nécessaire de s’engager dans un processus de groupes tests et de collecte d’information en collaboration avec les jeunes, les directeurs de produits et les spécialistes marketing. Ce n’est pas compliqué, pour tout savoir sur les jeunes il faut simplement leur demander. Lorsque qu’ils sentent qu’ils sont au cœur de la démarche entreprise, c’est avec énormément de générosité qu’ils se dévoilent.

Mise à jour, mise à jour, mise à jour

Ces groupes tests, vous devrez les consulter souvent. La seule chose qui ne change pas dans leur vie c’est le changement. Il est important de suivre les tendances, les modes et renouveler son vocabulaire. Les jeunes ont grandi dans un univers technologique intégré où tout est constamment mis à jour et ce gratuitement. Leurs logiciels, jeux vidéo, ordinateurs, cellulaires et même leur Facebook adoré subissent des mises à jour majeures plusieurs fois par année. Même lorsqu’elles ne sont que cosmétiques, celles-ci sont perçues comme étant une valeur ajoutée. Elles peuvent prendre diverses formes : de nouveaux services, de nouveaux concours, l’utilisation de nouvelles plateformes de communications. L’important, c’est de les garder alertes. Multipliez vos points de contact, les jeunes sont mobiles; suivez les partout!

Il faut par contre faire preuve de prudence. Les jeunes sont très critiques et ils devront toujours comprendre le sens de vos nouvelles tactiques. Que ce soit dans la forme ou la fonction de vos programmes financiers, elles doivent évoluer en continuité avec la cause dans laquelle vous l’avez engagé.

Collaboration de :
DANIEL.MASSÉ
DIRECTEUR GÉNÉRAL et CHEF DE LA CONTAMINATION MÉDIA
ViRUS1334