mai 2009 Archive

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par virus1334.com Aka Aki partie 1 de 2 - Jeudi, mai 28th, 2009

Virus- Aka Aki partie 1 de 2

AKA AKI, De kessé?

Un nouveau réseau social en pleine croissance

En 2006, Comme projet de fin d’études au département publicité de l’École des Beaux-Arts de Berlin, cinq étudiants mettaient sur pied un nouveau genre de réseau social, Aka-Aki. Encouragés par l’engouement de leur proche, ils décident de quitter les salles de classe pour s’y consacrer. Pour mener à terme leur projet, ils se sont associés à deux développeurs de logiciels. Une nouvelle entreprise, qui emploie maintenant près de vingt personnes, était née.

Utilisé de plus en plus en Europe, avec une popularité croissante en Allemagne, en Autriche, en Suisse et en France, le service propose de faire des rencontres fortuites selon notre situation géographique.

Avec l’engouement des GPS, de plus en plus d’appareils technologiques offrent des services de geolocalisation. Par exemple, des appareils photos indiquent sur une carte où ont été prises les photos, alors que d’autres appareils fournissent les parcours de jogging.

C’est un peu sur ce principe que les étudiants ont développé leur projet. Ils ont conçus un réseau social gratuit qui nous informe des autres utilisateurs qui se trouvent près de nous. Aka-Aki ne se sert pas qu’uniquement du GPS, maintenant dans plusieurs téléphones cellulaires. Bluetooth, WiFi et GSM sont aussi utilisés afin de rendre le service le plus efficace possible.

Un utilisateur se trouve à moins de 10 minutes à pied? Le service le détecte et nous montre son profil où l’on peut en connaître davantage sur lui grâce à des icônes que l’on met sur son profil pour que nos goûts soient rapidement cernés. On a envie de connaître ce bel inconnu? Eh bien on envoie un message instantané. On est encore trop gêné? Pas de problème, le service garde en mémoire ceux que l’on croise et va nous avertir lorsque l’on va les recroiser de nouveau. La prochaine fois sera peut-être la bonne!

Il ne fait pas que repérer les autres membres utilisateurs. Tous les appareils munis d’un GPS sont détectés.
Il est à préciser que malgré ce que l’on peut croire, les concepteurs tiennent au respect de la vie privée de ses utilisateurs. On ne voit pas précisément où se trouve une personne, mais plutôt si elle est se trouve près de nous. Et bien sûr, on peut en tout temps désactiver le logiciel si on souhaite se promener incognito!

Parfait pour faire de nouvelles connaissances, mais aussi pratique pour croiser ses vrais amis. Et pourquoi ne pas s’en servir pour vérifier si on a le temps de faire quelques commissions en chemin avant de se rendre à un rendez-vous en regardant si la personne que nous allons rejoindre est déjà arrivé au point de rendez-vous… Et entre « vrais » amis du réseau, on a aussi la possibilité d’être informé des statuts, qui fonctionnent sous le même principe que Facebook ou Twitter. Lorsqu’on consulte la fiche d’un inconnu, on peut évidemment comparer nos amis en commun, ce qui peut être une sorte de référence pour certain.

Certains commerces profitent déjà du service. Grâce au système d’archivage, ils peuvent ainsi connaître leurs clients réguliers. Ils ont la liste de qui est allé dans leur établissement, quand (avec heure et date) et combien de fois.

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUS1334.COM Twitter partie2 - Mardi, mai 12th, 2009

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUS1334.COM
Blogue sur le marketing jeunesse : marketingjeunesse.com

Partie 2 de 2

Je tweet, tu tweets, il tweet, nous tweetons… tweetez-vous?

Les marques qui fonctionnent bien sur Twitter sont celles qui participent. Ceux qui répondent aux gens publiquement et en privé. Un compte Twitter qui ne fait que de l’autopromotion envers un produit a peu d’intérêt pour les gens, mais un autre qui s’implique, envoie des liens vers des articles qui ont un rapport avec leur sphère d’activité même si ce n’est pas directement relié à leur compagnie, attirera davantage. C’est pourquoi le choix de la personne en charge du profil Twitter est très important.

L’avantage est également le système de recherche. On peut suivre tout ce qui se dit sur nos produits. Que ce soit juste pour avoir l’avis des consommateurs ou pour y répondre, ça s’avère un excellent outil.

Un autre avantage est que Twitter est possiblement le meilleur moyen de rejoindre les personnes les plus influentes du Net. Les blogueurs y sont pratiquement tous. Ils peuvent tous en témoigner, mettre le lien de son nouveau billet sur Twitter créé du trafic sur les blogues et emmène des nouveaux visiteurs. L’avantage de les rejoindre sur Twitter est que pour plusieurs, c’est rendu une source d’inspiration pour leurs prochains billets.

On aime ou on déteste quelque chose, on le tweet. On est intrigué ou amusé par quelque chose, on le tweet. Hitwise a d’ailleurs observé qu’au UK, les commerces en ligne reçoivent maintenant plus de trafic provenant des réseaux sociaux que des publicités.

On le sait depuis longtemps, le meilleur outil marketing est le bouche à oreille et Twitter en est le roi en ce moment.
Ce n’est pas pour rien que les compagnies et les commerces sur Twitter sont de plus en plus présents. Ça va d’une simple présence où l’on redirige vers des billets de blogue à un fort engagement envers la communauté. Certains s’en servent même, comme des restaurants mobiles, pour communiquer leur emplacement géographique. L’important est d’être pertinent pour ceux qui nous suivent et ne pas les inonder d’information peu pertinente et de publicité flagrante.

Au Québec, tourisme montreal et tourisme mauricie s’en servent pour faire découvrir les plus grands attraits. Hypercube, Mazda et Mentos sont trois exemples de compagnies à utiliser Twitter. Hypercube s’en sert pour communiquer les nouvelles de son concours en plus d’être très engagés dans les conversations. Ils y sont très présents. Mazda suit ce qui ce dit à propos de leur ARG 33 clés et répond aux questions. Mentos gum, un nouveau, vient de commencer à suivre les québécois les plus influents du réseau social en vue d’un événement qui aura lieu dans quelques semaines.

Quoi faire lorsqu’on s’inscrit? L’important avant de commencer à suivre des gens est d’avoir un profil qui leur donnera envie de vous suivre. À la différence de Facebook, on n’y suit pas automatiquement ceux qui nous suivent. On y choisit ceux qui pourront nous apporter des choses intéressantes. On s’assure donc d’avoir une photo, une bio et un site web et quelques tweets intéressants avant de commencer à suivre les gens. Et puis on commence par aller vers les blogueurs influents et les journalistes et on regarde qui semblent le plus actifs parmi ceux qu’ils suivent. Certaines applications permettent d’avoir des suggestions d’utilisateurs selon des intérêts précis ou de voir les plus influents par région. Pour des suggestions d’applications pratiques et une utilisation optimale du site, voir la liste des 100 Best Twitter Tools for Marketers.

À éviter : avoir un trop grand écart entre son nombre de « followers » et « following » et mettre son profil privé. C’est un réseau social et son intérêt est de permettre une vitrine mondiale.

Selon un récent rapport de Nielsen, 60% des utilisateurs quittent le service après un mois de service. Cela dit, comme la plupart des utilisateurs initiés se connecte à Twitter uniquement via un cellulaire ou un logiciel rendant le service plus performant, plusieurs trouvent cette donnée discutable. De toute façon, vu la croissance rapide de Twitter, c’est normal.
Puisqu’on y partage des liens, des découvertes, de l’information, certains voient même Twitter comme le pont entre le web 2.0 et le web 3.0. Vaut peut-être mieux s’y engager maintenant pour un passage au 3.0 plus facile…

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUS1334.COM Twitter - Vendredi, mai 1st, 2009

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUS1334.COM
Blogue sur le marketing jeunesse : marketingjeunesse.com

Partie 1 de 2

Je tweet, tu tweets, il tweet, nous tweetons… tweetez-vous?

Depuis quelques semaines, certains médias semblent avoir découvert Twitter, créé en juillet 2006 par trois trentenaires : Biz Stone, Evan Williams et Jack Dorsey. C’est quoi Twitter? Un site de microblogging où notre nombre de caractère est limité à 140. On suit des gens qui ont les mêmes intérêts que nous et on y partage l’information qui nous intéresse.

Au Québec, Twitter fait aussi les manchettes depuis quelques semaines. On en a parlé, entres autres, à l’émission de Christiane Charrette à Radio-Canada ainsi qu’aux nouvelles de TVA. Pourquoi ce soudain intérêt?

D’abord parce que la communauté de Twitter a augmenté de 1382% de février 2008 à février 2009 selon un rapport de Nielsen Online publié en mars dernier. Mais surtout parce que de plus en plus de vedettes ont commencé à utiliser le site. On en entend maintenant parler partout et ceux qui ne savent pas encore c’est quoi s’y aventurent pour avoir des nouvelles de leurs vedettes préférées. Les stars ont permis d’élargir la communauté de Twitter.

Évidemment, certains d’entre eux, comme Britney Spears, engagent quelqu’un pour « nourrir » leur compte. Mais plusieurs préfèrent le faire eux-mêmes, comme l’acteur et producteur Ashton Kutcher (celui qui a le plus de « followers » sur le réseau). Comme Twitter est facile à utiliser d’un cellulaire et que ce n’est que des courts textes de 140 caractères comme des SMS, pour d’autres c’est une façon facile de faire plaisir à leurs fans et surtout, une occasion de se montrer sous leurs vrais jours. Ils peuvent ainsi exprimer ce qu’ils sont et font vraiment et partager leurs réelles passions au lieu de laisser la presse people le faire à leur place.

Et c’est là une des bonnes raisons pour une compagnie d’être présent sur Twitter : Reprendre le contrôle de sa marque et de son image, pouvoir savoir et répondre à tout ce qui se dit au sujet de nos produits et être présent au sein des consommateurs.

Bien sûr, pour ça, on peut avoir un blogue ou un forum, mais si personne ne le visite, l’impact ne sera pas très grand. L’attrait de Twitter est que les gens y vont beaucoup pour partager des idées, des découvertes. Les gens aiment cliquer sur les liens qui les intéressent et surtout les transférer (retweet ou RT pour les intimes). Pour s’assurer qu’ils sont «retweetés», synonyme qu’ils sont intéressants, plusieurs utilisateurs tentent de trouver le scoop ou ce qui intéressera le plus de gens. Pas pour rien que plusieurs utilisateurs sérieux trouvent maintenant que les journaux publient des vieilles nouvelles. Twitter, c’est de l’instantané.