décembre 2008 Archive

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» cibler jeunes mamans - Jeudi, décembre 18th, 2008

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUSMARKETING.CA
Blogue sur le marketing jeunesse : marketingjeunesse.com

Partie 1 de 2

Virus – cibler jeunes mamans

Résumé : Les jeunes mères sont une cible de choix. En plus de devenir de super consommatrices, elles sont les plus actives dans le bouche à oreille!

Une première grossesse implique un nouveau cycle de consommation, l’apprentissage de nouvelles habitudes et de l’information sur de nouveaux produits.

Lorsqu’elles sont sur le point d’avoir un premier enfant, ces femmes commencent à s’intéresser à des nouveaux produits qu’elles ne connaissaient pas avant, comme la nourriture pour enfants ou les produits d’hygiènes. Elles sont donc très sensibles aux promesses de chacun et cherchent à trouver l’information sur les produits. Selon la firme française Consodata, l’arrivé d’un premier enfant amène un changement de voiture dans 33% des cas, l’achat de nouveaux électroménagers dans 38% des cas, un déménagement pour 39% et la prise d’un crédit à la consommation pour 73%.

«La naissance d’un enfant est le moment de la vie où l’on vit au-dessus de ses moyens, explique Bertrand Tiburce, fondateur de l’agence de pub BabyAdgency, en entrevue au Nouvel Observateur. Les jeunes parents ne se contentent pas de consommer de la puériculture, ils déménagent, achètent une nouvelle voiture, de nouveaux meubles, de l’électroménager, changent de banque, contractent un crédit, une nouvelle assurance…» Ils continuent en parlant des dépenses qui n’ont pas de lien avec l’enfant: «Une femme qui vient d’accoucher change symboliquement de statut: elle devient une mère. Même trentenaire, on sait qu’elle achètera les premières crèmes anti-âge et les produits de teinture. Un père, lui, s’offrira une “montre de papa”, chère et résistante.»

Puisqu’au deuxième enfant, les habitudes de consommation seront établies, c’est surtout au premier enfant qu’il faut tenter de séduire les parents.

Les séduire
Les échantillons et les coupons-rabais sont très efficaces pour intéresser ce public cible. Puisque l’arrivée d’un nouvel enfant coûte très cher, tout ce qui permet d’économiser un peu d’argent est bien accueilli. Pendant sa grossesse, la future maman s’informe et les rabais qui accompagnent un dépliant d’information risque particulièrement de faire leur effet.
Avant la naissance, les futurs parents s’intéressent davantage aux vêtements, et aux jouets. C’est surtout après la naissance qu’ils commencent vraiment à s’intéresser aux produits d’hygiène et à l’alimentation. Si ils sont satisfaits d’une couche reçue en échantillon, les chances qu’ils continuent de l’utiliser sont grandes. La raison est simple : il y en a tellement sur le marché, qu’ils préféreront continuer avec un produit qu’ils ont déjà essayé plutôt que de risquer d’acheter un produit de moindre qualité. Mais, selon une étude de Huggies, puisque ces produits sont une grande dépense pour eux, 70% des consommateurs sont prêts à changer de marque si ils reçoivent une bonne réduction.

La meilleure façon de communiquer avec les jeunes mamans est de préférer les approches relationnelles. «Le marketing direct permet une approche un peu nouvelle et plus créative. Les annonceurs peuvent toucher les mères de façon régulière aux différents moments émotionnels forts, explique Jean-Jacques Lugbull, directeur général de Family Service, un opérateur d’échantillonnage en France, en entrevue à Marketing Direct. Les jeunes mamans exigent un message spécifique. Par exemple, un marque automobile doit commencer par “Votre famille s’agrandit” plutôt que par “Voici la nouvelle voiture »… Deux types d’annonceurs s’intéressent à cette cible. Ceux dont l’activité tourne essentiellement autour de l’enfant : lait naissance, produits alimentaires, puériculture.… Et d’autres, moins spécialisés, qui en ont fait une cible essentielle, comme les organismes de crédit, les banques ou le tourisme.

Mattel, de son côté, fait parvenir régulièrement une infolettre avec des réductions, cadeaux et informations sur l’enfant. Selon leurs recherches, pour toucher les mères, il faut d’abord leur parler de leur bébé et de son développement.

Journée d’élection provinciale au Québec lundi le 8 décembre 2008 - Vendredi, décembre 5th, 2008

«KOI de 9 CHEZ LES JEUNES?» - Par VIRUSMARKETING.CA
Blogue sur le marketing jeunesse : marketingjeunesse.com

Partie 2 de 2

Virus marketing/ Élections

Journée d’élection provinciale au Québec lundi le 8 décembre 2008

Les partis du Québec devraient suivre la vague de changement

La campagne du nouveau Président américain est un exemple à suivre. Ne se limitant pas aux moyens traditionnels, il a fait une utilisation efficace de l’Internet et a fait une place de choix aux jeunes électeurs allant même jusqu’à choisir des internes qui n’avaient pas encore l’âge de voter.

S’abonner aux nouvelles par SMS, Twitter ou Facebook étaient particulièrement intéressant puisqu’il a su créer de l’enthousiasme et de l’anticipation aux messages reçus. Par exemple, avant d’envoyer un communiqué de presse annonçant la nomination du sénateur Joe Biden, c’est d’abord par SMS ou sur les statuts de Facebook ou Twitter qu’on a pu apprendre la nouvelle.

Sa campagne sur cellulaire a permis d’obtenir des millions de contacts personnels. Pour l’annoncer, des publicités passaient en boucle sur les radios étudiantes «textez-nous le mot HOPE». Une fois avec les informations des gens recueillies, les SMS ont servi à envoyer des sondages, des nouvelles et des messages de rappel pour les jours de vote. Avec les codes postaux, ils ont pu envoyer des messages ciblés pour promouvoir les candidats dans leur secteur ou pour inviter les gens aux événements de la campagne près d’eux.

Un exemple de SMS : «Less than a week until Election Day on Nov. 4th! Barack needs your help. REPLY to this msg with your 5 digit ZIP CODE for local Obama news and voting info.»
Pour répondre, on envoyait un message à OBAMA ou 62262.

Ces messages courts et sympathiques permettent de mobiliser et de renforcer son sentiment d’appartenance envers un parti. L’envoi ne se faisait pas de façon abusive et servait à envoyer des informations pertinentes à des moments judicieusement choisis.

Jeune volontaire
Un programme permettait aux jeunes du secondaire et du collégial de s’engager une quinzaine d’heures par semaine dans la campagne comme bénévoles ou comme stagiaires. Et puisqu’on leur donnait des vraies responsabilités, ça leur permettait d’acquérir une meilleure compréhension sur les campagnes présidentielles. Pourquoi tenter de recruter des jeunes qui n’ont pas encore un droit de vote? C’est une bonne façon de sécuriser sa dominance dans le futur. Il ne faut pas minimiser non plus le pouvoir qu’ont les jeunes sur leurs parents et le bouche à oreille, qui ne se fait pas entre les gens d’une même génération. Dans les écoles, des dizaines affichaient ainsi fièrement leur macaron «campagne officielle». McCain accueillait des jeunes comme bénévoles mais les moins de 18 ans ne pouvaient pas se présenter comme interne.

Le mardi, les jeunes étaient invités de 17h à 21h dans le bureau électoral de leur quartier pour les High School Night. De la musique, de la pizza en abondance et du plaisir en échange de quelques coups de téléphone pour demander des dons. Organisées par les jeunes internes, ces soirées n’ont apparemment jamais manqué de popularité.

Les jeunes aiment se sentir impliqué. Ils ont ainsi l’impression que même s’ils ne peuvent voter, ils peuvent faire une différence.
Consistante dans sa démarche d’impliquer les nouvelles plateformes de communications, l’équipe d’Obama a reconnu les journalistes citoyens en accueillant les blogueurs réputés dans les salles de presse au même titre que les médias nationaux.

Le lendemain des élections américaines, Jean Charest déclenchait des élections provinciales. Étrangement, aucun des partis ne semblent imiter son exemple. Mise à part des clins d’oeil à son slogan, on ne retrouve qu’une faible utilisation des plateformes web. On retrouve bien quelques «twit» ou des pages Facebook, mais on est loin d’une combinaison efficace de toutes les possibilités des nouveaux moyens de communications. Alors que l’intérêt porté sur les élections est très faible, les différents partis devraient peut-être s’entourer d’équipes marketing aussi efficace qu’a su le faire Obama et augmenter leur présence virtuelle.

Terminons avec le SMS envoyé le lendemain des élections
«We just made history. All of this happened because you gave your time, talent and passion to this campaign. All of this happened because of you. Thanks, Barack».

N’oubliez pas d’aller voter pour nos lecteurs de la province de Québec…